lundi 3 mars 2008

Mort (virtuelle) aux Jeunes


MORT AUX JEUNES #18 - Lacher de Ballons

A la fin de cette semaine, nous avons un rendez-vous important, c'est presque un choix de société qui se présente à nous. Quelque part, il s'agit de gommer un certain regard, pour ne pas dire de prendre un temps d'avance...

Toutes les 6 à 8 semaines, les The_Bigger_Splashes nous invitent à revêtir nos plus beaux atours pour aller faire la java lors de l'inénarrable soirée Mort_Aux_Jeunes, phénomène festif de notre capitale - de la France, et du Monde.

La Mort aux Jeunes, c'est comme une kermesse dans les nuages. Pour annoncer la soirée du 8 mars, les The_Bigger_Splashes et leurs amis ont lancé des ballons dans le ciel. Le nom de Chloé (Kill the DJ) virevolte en ce moment même au-dessus de San Angelo, Texas. MORT AUX JEUNES 18 SAMEDI 8 MARS, A LA JAVA 105 rue du Faubourg du Temple Paris 10, Metro Belleville Minuit - 5 euros www.mortauxjeunes.com

1 commentaire:

ActionSeb a dit…

Un lacher de ballon pour annoncer la Mort aux jeunes... ça ressemble à une demande de libération d'Ingrid Bétancourt à Troca, mais passons.
Voici mes remarques à la suite de mon dernier passage dans cette "kermesse dans les nuages".
Il m'a d'abord fallu patienter plus d'une heure dans la file d'attente, écrasé parmi mes pairs entre les grilles de sécurité et les grosses mains de vigiles stupides et agressifs. C'est vrai que je ne faisais pas partie de l'impressionnante liste VIP et que personne n'accueille le vulgus pecum à coup de glousseries et de smacks de ce côté des barrières, mais un minimum d'organisation aurait permis d'éviter la panique.
Une fois à l'intérieur, je me suis armé de ma meilleure volonté pour supporter ce subtil mélange d'odeurs de pisse et de pieds qui caractérise si bien la Java.
Je passe l'épisode du vestiaire, et je pensais qu'après cela je méritais bien de pouvoir bouger mon corps au son des platines. Mais c'était sans compter sur le matériel hi-tech du lieu qui vaut très largement le kit d'enceintes de mon i-pod. Une diffusion saturée et lointaine qui fait oublier la performance du set de dj.
Je reste bon joueur, j'admets que ces griefs sont moins liés à l'organisation même de la soirée qu'aux prétentions calamiteuses de la Java.
Ma seule consolation : c'était les 5 euros déboursés à l'entrée.